L’association Volée de piafs recueille des oiseaux mazoutés

 

Entretien

Didier Masci, bénévole du centre de sauvegarde de la flore sauvage, Volée de piafs, à Languidic, et son équipe, accueille des oiseaux mazoutés depuis le début des intempéries.

Pourquoi ces oiseaux sont mazoutés ?

Avec le vent du sud, les oiseaux remontent vers l’Angleterre. À Languidic, une trentaine d’oiseaux ont été recueillis et à l’Ile Grande, une cinquantaine, plus tous ceux qui ont été mazoutés, ce qui prouve que quelque part, il y a eu délestage. Fous de bassan, guillemots de troll, pingouin torda, fulmar pétrel… Ces oiseaux ont été trouvés complètement affaiblis sur les plages de Guidel, Larmor-Plage, Gâvres, Ploemeur et Erdeven.

Comment les soignez-vous ?

À cause du mazout, le plumage des oiseaux marins perd de son étanchéité. La température de l’eau étant entre 6 et 8 °, cela touche leur peau. Leur température intérieure se situant entre 40 et 41°, ils se retrouvent en hypothermie et luttent sur la plage, ce qui les affaiblit. Ici, nous les stabilisons en poids et en chaleur et les gardons une dizaine de jours. Une fois retapés, les oiseaux sont envoyés à la LPO de Pleumeur-Bodou où ils sont lavés puis testés en piscine avant d’être relâchés. Ce fou de bassan, arrivé samedi dernier, (notre photo) doit être nourri par sonde toutes les trois heures car il est trop faible pour manger tout seul.

Quels autres animaux recueillez-vous ?

À cause des tempêtes, les oiseaux se font surprendre par les fils électriques et se cassent les pattes. C’est le cas ici avec un héron, des mouettes tridactyles. Les inondations ont bien sûr aussi un impact sur toute la faune. Tout ce qui vit au ras du sol : hérissons, batraciens, mulots, campagnols… se noient et du coup les oiseaux nocturnes n’ont plus à manger. On commence à nous rapporter des chouettes effraies et hulottes affamées et en fin de vie. Pour 2013, ce sont 1 414 animaux qui ont été recueillis et soignés.

Comment fonctionnez-vous ?

En ce moment, trois personnes en services civiques sont présentes au centre pendant un an : Mélissa, Lucile et Béatrice. Et à partir du 1er avril, deux autres viendront en renfort pour six mois. Côté finances, le conseil général nous a subventionnés à hauteur de 10 000 €, en 2013, la Fondation Brigitte-Bardot, 30 Millions d’amis, et Nature et découverte nous aident au niveau du matériel. Nous avons aussi l’appui de Sea Shepherd qui nous aide à nous occuper de tous les tous les oiseaux marins. Quant à Lorient Agglomération, on nous dit que c’est bien ce que l’on fait mais c’est tout. Pourtant 40 % des animaux soignés viennent du territoire de l’agglomération. On peut dire que nous sauvons jusqu’à 80 % de ces oiseaux.

Contact : Association Volée de piafs, Saint-Léon, à Languidic Tél. : 06 08 98 42 36.

 

 

Ouest-France – Le 7/01/14
Merci de partager l'info et faire connaître notre association !