Portrait d’animal publié dans notre bulletin de saison de 2015.

Mais quel est ce drôle d’animal ?

FoulLorsque l’on montre une photo de foulque à une personne amoureuse des animaux mais pas spécialement ornitho, presque invariablement, la personne interrogée répond « Ah, oui, oui, j’ai déjà vu ces canards ! ».

Mais que nenni, ce ne sont pas des canards ! Quelle erreur ! Ce sont des Rallidae ! Faisons simple : La famille des Rallidae regroupe une dizaine d’espèces d’oiseaux en Europe, vivant (à part une espèce) dans les zones humides et leur périmètre. A la différence des canards, les Rallidae n’ont pas les pattes palmées, bien que certains de leurs représentants possèdent des doigts individuellement palmés, ce qui est le cas pour notre foulque. Un autre représentant de cette famille, peut-être mieux connu d’ailleurs, est la poule d’eau.

Notre foulque (Fulica atra pour les intimes) est un oiseau très largement répandu dans le monde puisqu’on la trouve dans toute l’Europe, la majeure partie de l’Asie, en Afrique du nord, en Amérique du nord et même en Océanie. Elle fréquente les eaux saumâtres, les eaux douces, en plaine ou en montagne, jusqu’à 1000 m d’altitude en Europe.

La foulque macroule se nourrit de tout ce qu’elle peut trouver dans l’eau et autour : herbe, plantes aquatiques, amphibiens, petits poissons qu’elle cherche au sol, à la surface de l’eau, ou en plongeant.

La saison des amours (et des défis!)

Si cette espèce est grégaire en hiver, le printemps provoque l’éclatement des rassemblements pacifiques. C’est ainsi que l’on peut voir ces messieurs se disputer belles dames et territoires à grandes peignées où les ailes, le bec et les pattes sont mis à contribution, chacun tentant de déstabiliser l’adversaire, voire de le noyer, le tout dans de grandes gerbes d’eau. La prise de becs prend fin lorsque l’un des belligérants décide d’aller chercher le bonheur plus loin et prend la fuite en plongeant.

Le calme revenu, Monsieur et Madame se mettent alors de concert à la construction du nid. Celui-ci est constitué de tiges, feuilles, brindilles assemblées en tas volumineux et se situe généralement parmi la végétation immergée, voire sur un radeau végétal.

La construction terminée, Madame foulque y pond entre 6 et 10 œufs gris mouchetés de brun que le couple va couver à tour de rôle.

Et c’est au bout de 21 à 26 jours qu’apparaissent les petites merveilles. Car vous vous en doutez, si nous vous parlons de cet oiseau aujourd’hui c’est que nous l’avons accueilli au centre de soins. Il s’agissait en l’occurrence de 4 poussins d’un jour, accueil inédit jusque-là, même si nous avions déjà soigné adultes et immatures auparavant.

 

Bébé foulque macroule aux couleurs vives

Foulque macroule juvénileLes poussins de foulques sont véritablement des petits êtres merveilleux, même si l’auteur de ces lignes manque totalement d’objectivité. La photo jointe, si elle rend justice à leur spectaculaire apparence ne témoigne pas de leur comportement si charmant.

Mais ATTENTION ces lignes ne doivent pas vous donner envie de trop les approcher. Les 4 petits dont nous nous sommes occupé sont arrivés au centre suite à un dénichage malveillant et égoïste et quel que fut l’amour que nous avons eu à les élever, il ne remplace aucunement l’attention et l’éducation des parents.

Les petites foulques sont nidifuges, c’est-à-dire qu’elles quittent le nid dès leur naissance, mais bien sûr, sous la protection de papa et maman. Elles sont nourries bec à bec de plantes et de petits animaux aquatiques les premiers jours, puis elles se nourrissent seules des aliments que les parents leur apportent et ce, durant 2 mois environ. A partir de la huitième semaine, les petites sont indépendantes et volantes.

Nos 4 jeunes foulques ont, quant à elles, été relâchées sur un étang privé afin qu’elles soient en sécurité le temps de leur totale autonomie. Elles ont depuis pris leur envol et choisi leur lieu de vie.

La foulque macroule est un oiseau encore abondant dans les milieux qui lui conviennent, même si, malheureusement, elle est chassable. Aussi, si cet article vous a donné envie d’observer ce bel oiseau et en particulier ses poussins, n’oubliez pas que les jumelles permettent d’allier amour et respect.

 

Retrouvez tous les autres portraits: Portrait d’animal

 

Portrait d’animal: La foulque macroule
Merci de partager l'info et faire connaître notre association !
Étiqueté avec :